La relation mère-enfant : l'amour au premier regard ?

Aujourd’hui, je voulais vous parler de rencontre. De celle avec son bébé qu'on a probablement toutes imaginée avant d'accoucher. De cette soi- disant bouffée d’amour couplée de la sensation de se connaître depuis toujours. C’est ce que j’ai toujours entendu de la bouche de mes proches et lu dans les livres. Et pourtant, cela ne se passe pas forcément comme ça. Beaucoup de mamans ne ressentent pas cet amour inconditionnel dès la première minute, laissant place à un sentiment dévorant de culpabilité et de vide.

Sont-elles pour autant des mauvaises mères? Absolument pas ! Pour répondre à mes questionnements sur le lien mère-enfant, j’ai rencontré Laure, psychologue clinicienne spécialisée en périnatalité à Lyon. 


- Bonjour Laure, Quel est ton parcours, ta spécialité ?

Laure : Bonjour, Je m'appelle Laure, je suis psychologue clinicienne et psychothérapeute, spécialisée en périnatalité. Je suis diplômée du master 2 clinique et recherche de Psychologie clinique, psychopathologie et psychanalyse de l'Université Paris Descartes (Paris 5). J'ai eu l'opportunité de compléter cette formation par plusieurs diplômes universitaires, formations en périnatalité, à l'approche psychanalytique groupale et familiale et aux méthodes projectives. Depuis j’ai pu travailler dans un centre de formation continue, enseigner à l'université, faire de la recherche en partenariat avec l'hôpital Necker-enfants malades et le CECOS de Cochin et recevoir des patients en cabinet libéral.

- Peux-tu nous dire pourquoi étudier le lien précoce nourrisson/parents ?

Laure : L'arrivée d'un enfant est un moment charnière dans l'existence de ses parents, un moment de transformation. Cette dernière peut s'amorcer dès la naissance du simple désir d'enfant dans la tête du parent ou advenir plus tard pendant la grossesse, dans la rencontre avec bébé.

Étudier le lien précoce nourrisson/parents c'est essayer de saisir ses transformations, leurs effets, ces messages codés envoyés avec l'espoir d'une compréhension mutuelle.


- On parle souvent de "l'amour au premier regard"quand on parle de l'arrivée d'un enfant, il semblerait que ce ne soit ni aussi simple, ni évident..! Est-ce que tu peux nous en dire plus ? 

Laure : Quand bébé paraît, c'est le moment de la première rencontre, la première « à l'extérieur ». Une rencontre avec un étranger familier dans lequel il faut tenter de faire coïncider l'enfant que vous vous étiez imaginé, l'enfant avec qui vous avez communiqué dans votre ventre et le petit être désormais bien présent à l'air libre. Quelle inquiétante étrangeté ! La rencontre peut être instantanée comme elle peut prendre un peu de temps. Pour aider, quelques alliés :

  • trouver une petite bulle de calme préservée pour s'apprivoiser,
  • calmer la petite voix intérieure (parfois si exigeante !)
  • garder toujours en tête que le parent parfait n'existe pas, qu'être parent s'apprend au contact de votre bébé, c'est une construction à deux qui naît d'un échange mutuel.

- Comment se construit ce lien, est-ce que c'est biologique ? Est-ce construit ?

Laure :De quoi est fait le lien qui unit le parent à son enfant ? Il n'y a pas de réponse exacte à cela, plutôt des pistes composites, un ensemble de faisceaux qui au final forment ce lien. Empreinte, attachement, bonding, accordage affectif, préoccupation maternelle primaire (PMP) : voici une série de termes qu'on rencontre plus ou moins dans nos livres autour de la naissance.

Ce qu'il faut en retenir ? Bien qu'une composante d'ordre biologique joue un rôle dans la création du lien avec notre enfant, elle ne suffit pas seule à le constituer. Ce sont des vécus partagés que le lien émerge.


“Ce sont des vécus partagés que le lien émerge”

- Qu'est ce qui peut aider dans la construction du lien (quelles actions ? portage ? massage , bain ?..)

Laure : Tout ce qui permet une interaction de qualité. La proximité offerte par le portage, le peau à peau, les massages, le bain, toutes ces « activités » vont favoriser les besoins de contenance et de réassurance de bébé qui est passé du « petit bain » aux limites bien définies au « grand bain », cet espace immense sans repère ni limite ! Si ces moments sont synonymes de plaisir partagé et de détente, ils peuvent offrir des instants privilégiés de rencontre entre les parents et le bébé . Par exemple si un bain peut être dans une famille un moment agréable de partage, dans une autre cela pourrait être un moment compliqué synonyme de stress (pleurs de l'enfant, etc.).

- Et peux-tu nous en dire davantage sur le rôle du co-parent?

Laure : La première chose à définir ensemble c'est ce qu'on signifie par « co-parent ». Pour moi c'est le partenaire dans le rôle parental, peu importe la composition du couple. Être co-parents c'est assumer la responsabilité de l'enfant ensemble, s'épauler dans ce rôle, se servir mutuellement de soutient. Cela peut passer par plein de configurations différentes, il n'y a pas de réponse unique ! (exemples ?)


“Être co-parents c'est assumer la responsabilité de l'enfant ensemble, s'épauler dans ce rôle, se servir mutuellement de soutien"

- Et si ce lien tarde à arriver, quand faut-il en parler à un professionnel ?

Laure : Si vous ressentez un manque, un inconfort dans le lien, si vous avez l'impression que « quelque chose ne fonctionne pas comme cela devrait » la meilleure chose à faire est de ne pas laisser traîner. Ne le gardez pas pour vous, parlez-en à une personne de confiance dont vous savez l'écoute bienveillante. Cela peut être votre conjoint, votre meilleur.e ami.e, ou votre sage-femme peut-être, votre médecin généraliste ou un psychologue.


- Un conseil ? (laissez vous du temps? temps d'adaptation?)

Un conseil antithétique : laissez le temps [au lien de se construire] mais ne tardez pas [à consulter si vous vous sentez perdu.e, débousollé.e] !

Merci beaucoup Laure !

Katharina

Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés