Pour faciliter la vie des jeunes parents, livraison au choix incluse. Suspension temporaire des livraisons de repas.

Préparer son post-partum : Quelques astuces pour une transition en douceur

Enceinte de huit mois, vous avez déjà tout anticipé pour accueillir le bébé !

La chambre est prête (Bon honnêtement, avant que le bébé ne dorme dans sa propre chambre, ça peut quand même prendre du temps!), bodys, gigoteuses et petits vêtements sont pliés et parfaitement empilés dans la petite commode chinée sur une brocante. Le cosy est déjà installé dans la voiture et la poussette envahit (un peu trop) votre entrée. Ça vous arrive même de la dégainer devant vos copains, juste pour la faire rouler un peu !
Vous avez également préparé la sacro sainte valise de maternité, non sans rigoler (jaune) en dépliant les immenses culottes filet achetées en pharmacie (What?! Moi je vais devoir mettre ça??). Et là, avec satisfaction vous vous dites que vous êtes hyper bien préparée parce que vous avez coché toutes les cases des “choses à faire” et du matériel à acheter.
Bon mais après? Et bien généralement, on ne pense pas aux semaines qui suivent l’accouchement. Elles vont être dures et fatigantes, certes, mais difficile de l’imaginer avant de l’avoir vécu. Et pourtant, si cette nouvelle étape est certes merveilleuse, elle est aussi difficile, parfois très violente et vient déstabiliser le couple et plus largement l’éco-système familial.
Je n’ai pas de baguette magique pour inverser la tendance, seulement un peu de vécu et une envie de partager ce qui a fonctionné pour nous ou ce qu’on serait prêtes à mettre en place si on devait recommencer ! 

                                                          Accueillir le nouveau-né après sa naissance dans de bonnes conditions pour adoucir le mois d'or

1. Limiter les visites à la maternité

Oui, l’idée est super sympa, et honnêtement, j’étais la première à vouloir courir les maternités pour rendre visite à mes copines en étant à 100% sûre qu’elles allaient trouver ça super..Après coup je n'en suis plus si certaine. Oui, ça fait “plaisir” de voir les gens qu’on aime, mais quand on vient d’accoucher, qu’on ne peut pas se lever, ni aller aux toilettes sans avoir l’impression que plus jamais on ne trouvera ses fonctions vitales et que le bébé à hurlé toute la nuit..et bien on veut JUSTE dormir ou se reposer. Découvrir son bébé, l’apprivoiser tranquillement avec le 2ème parent. Et faire la conversation à tata Gilberte (désolé, ça tombe toujours sur toi ) peut s’avérer éprouvant. Dites-vous que vous pourrez organiser les visites sur les mois suivants, à votre rythme.

2. Anticiper les repas 

Si on peut se passer d'une maison parfaitement propre un certain temps ( il faut apprendre à fermer les yeux sur les moutons de poussière qui viennent nous faire un petit coucou sympathique de derrière le canapé ), impossible de se passer de nourriture. Et plus encore après une grossesse et un accouchement. L’alimentation joue un rôle crucial dans la récupération physique et émotionnelle. Elle apporte l'énergie dont il faut disposer pour s’occuper d’un nourrisson (et encore plus quand on allaite) , et surtout elle réconforte et fait plaisir! 

Alors n’hésitez pas à cuisiner avant l’accouchement et congeler en petites portions, à organiser un “mail train” ( on en parle dans cet article ! ) avec vos amis, votre famille etc, pour qu'ils puissent vous apporter, s’ils le peuvent, quelques plats. Enfin, demandez en cadeau de naissance les services qui proposent de nourrir les jeunes parents, bref anticipez !

                                                                 Préparer des repas à l'avance pour anticiper les premières semaines avec bébé

3. Rester allongé un maximum

Ma sage-femme m’avait prévenue, mais je crois que j’étais dans le déni. Je m’imaginais à J+3 en sortie de maternité, les cheveux au vent dans le froid de l'hiver, en train de pousser fièrement ma poussette dans les ruelles de Lyon et admirer les vitrines d’un pas décidé. Autant vous dire  que je suis tombée de haut. Episio qui me faisait mal, épuisement (faire dix pas pour aller aux toilettes m’était déjà trop difficile), le combo parfait. Sauf que je me suis forcée à me lever, à “faire”, nettoyer, ranger etc, et ça n’a absolument pas arrangé mon cas (du tout du tout!). Alors même si c’est dur, pour le bien-être de votre périnée et votre récupération globale, essayez de rester allongée quelques heures par jour au minimum.

4. Rester au chaud !

Facile à dire quand on a un bébé de novembre, mais la chaleur est un élément très important dans la période post-partum. Ses sources sont multiples et il y a pleins d’astuces pour en profiter : manger chaud, mettre des chaussettes, s’enrouler dans un plaid douillet, aménager la chambre pour en faire un cocon (coussins, coussin d’allaitement), tamiser la lumière. L’objectif est de créer un environnement agréable et cocooning, mais également de limiter les déplacements en ayant tout à portée de main : Personnellement, j’avais créé un espace table de nuit supplémentaire pour ma bouteille d’eau, ma tisane, mes petits snacks et toutes mes crèmes anti-crevasse pour l’allaitement..Soyez créatifs!

                                             Des bouillons chauds et épicés pour récupérer après l'accouchement

5. Enfin, sachez bien vous entourer !

Bon c’est un dernier conseil qui n’est pas toujours facile à mettre en pratique..mais essayez de voir les personnes qui vous font du bien, qui vous comprennent et vous mettent du baume au cœur. Sachez mettre de la distance avec ceux.elles qui vous ferait culpabiliser, vous sentir “mauvais parents” ou qui seraient friands des “bons” conseils pas si sympas que ça. N’hésitez pas à demander un peu d’aide même si ce n’est pas dans vos habitudes, on vous assure que la plupart de vos proches seront ravis de pouvoir vous prêter main forte.


On vous souhaite un bon post-partum, doux dans la mesure du possible, et de profiter de cette nouvelle étape. N’hésitez pas à vous plonger dans quelques lectures pour vous renseigner sur le sujet. On vous conseille “Le mois d’or” de Céline Chadelat et Marie Mahé-Poulin  ainsi que “Bien vivre le quatrième trimestre au naturel” de Julia Simon.